Anna Margarita Albelo aka La Chocha : « Le cinéma LGBT a besoin de visibilité »

Publié le

Pour vous mettre du baume au cœur en ce week-end de fierté virtuelle, Komitid et le festival Cineffable vous proposent de découvrir cinq programmes courts réalisés par Anna Margarita Albelo, disponibles en visionnage jusqu’à lundi 9 novembre.

la chocha
Anna Margarita Albelo, dite La Chocha - Michael Rababy
Article Prémium

Anna dite La Chocha est une réalisatrice cubaine-américaine, connue pour avoir créé, il y a presque 25 ans les soirées « Ladies room » du Dépôt, et qui écrit, produit et réalise des films centrés sur les expériences féminines et minoritaires. De Sheila en femme au foyer désespérée à une parodie de La Vie d’Adèle en passant par des fausses pubs, Anna Margarita Albelo nous parle de ces petites pépites en accès libre jusqu’à lundi, de sa carrière de réalisatrice lesbienne, féministe et militante et de ses projets.

La sélection Komitid/Cineffable des films disponibles sur Vimeo :

La Dinde (2008, 10 mn)

La Vie de Vagin (2015, 12 mins)

Broute Minou à Palm Springs (2007, 28 mins)

Les Fausses Pubs (1996-2003, 13 mins)

Best of Anna La Chocha (1995-2010, 14mins)

Komitid : Comment avez-vous commencé votre carrière de réalisatrice ?

Anna Margarita Albelo : J’ai fini le lycée en 1987 aux États-Unis et c’est l’année pendant laquelle mon frère a acheté un caméscope VHS. Je l’utilisais pour m’exprimer, je trouvais ça drôle mais je me destinais à des études en sciences politiques. À l’Université, j’ai changé d’orientation parce que je me suis dit que je pouvais faire plus pour améliorer la société avec un film qu’avec une carrière de politicienne ! J’ai découvert le cinéma indépendant, français, italien, à la fac tout le monde s’échangeait des cassettes VHS de films d’Almodovar, de John Waters, de Pasolini ou de la Nouvelle Vague. J’adorais le cinéma européen qui était plus indépendant, mélancolique, intrigant, hystérique et cela parlait de l’underground, des gouines, des pédés, des folles, des alcolos... My people !

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous

  • yaelle

    « La Vie de Vagin » … J’ai toujours trouvé triste et réducteur qu’autant de gens s’imaginent que le sexe des femmes est le vagin … L’ironie du sort est que même certaines femmes le croient … Pourtant aujourd’hui, on est censé-es avoir évolué, avoir de plus grandes connaissances … Le vagin n’est qu’une partie de la vulve. Il se situe dans la partie intérieur du sexe féminin et n’en constitue pas la totalité (ni celle du sexe féminin, ni celle de la partie interne du sexe féminin).

    J’espère qu’un jour tout le monde le saura …