Nouvelle-Zélande : la Première ministre Jacinda Ardern s'engage à interdire les thérapies de conversion

Publié le

La Première ministre travailliste Jacinda Ardern promet d’interdire les thérapies de conversion en Nouvelle-Zélande si elle est réélue le 17 octobre. 

Jacinda Ardern nouvelle-zélande
Jacinda Ardern, la Première ministre de la Nouvelle-Zélande en 2019 - Alexandros Michailidis / Shutterstock
Article Prémium

Dans une interview accordée au média LGBT+ néo-zélandais Express, Jacinda Ardern a exprimé son désir d’interdire les thérapies de conversion. « C'est un exemple parfait d’une instance où un élément de notre système permet une activité assez dommageable, ce qui dans la Nouvelle-Zélande moderne ne devrait tout simplement pas se produire ».

La Première ministre a affirmé que son échec à adopter un projet de loi pour prohiber ces pratiques au cours de son premier mandat était dû au système électoral proportionnel mixte de la Nouvelle-Zélande. D’après ce système, le parti travailliste de Jacinda Ardern ne gouverne pas seul, mais en coalition avec le Parti vert et le parti nationaliste First Party.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous