« Purpleboy », « Friend of a friend » : quand l’animation s'intéresse aux violences sexuelles et transphobes

Publié le

Parmi les courts-métrages qui étaient en compétition au Festival international du cinéma d’animation d’Annecy en juin dernier, « Purpleboy » et « Friend of a friend » abordent les violences transphobes ainsi que les agressions sexuelles entre hommes.

Image extraite de « Friend of a friend » de Zachary Zezima présenté au festival d'Annecy 2020
Article Prémium

Cette année, coronavirus oblige, le Festival international d’animation d’Annecy ne s’est pas déroulé dans la Venise des Alpes mais en ligne. Parmi la sélection officielle, deux courts-métrages sur des violences spécifiques : Purpleboy, d'Alexandre Siqueira et Friend of a friend, de Zachary Zezima.

Le premier raconte la vie d’un garçon trans et la transphobie qu’il subit dans un Brésil des années 70. Le second s’articule autour de l’agression sexuelle d’un jeune homme et de la découverte de sa bisexualité. Komitid a rencontré les deux réalisateurs à l'occasion du festival et ils racontent la genèse de leurs films respectifs.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous