« Il faut en être ! » (4/4) : Lesbiennes en scène

Publié le

Pour ce dernier épisode, Christophe Mirambeau montre comment les femmes lesbiennes aussi ont été visibles dans le théâtre musical il y a un siècle.

L'affiche de « Femme de minuit », qui présente des personnages de femmes lesbiennes - DR
Article Prémium

Musicographe et auteur pour le théâtre musical, spécialiste du répertoire d'opérette et de la comédie musicale durant l'entre deux-guerres, Christophe Mirambeau nous propose cet été, en quatre articles, une plongée dans cette période si riche artistiquement pour la visibilité des personnes LGBT+.

Dernier épisode : quand les lesbiennes entrent en scène

La Grande Guerre (1914-1918) a donné aux femmes de nouveaux pouvoirs et la génération nouvelle n’est pas entièrement disposée à jouer les épouses modèles. Les filles se coiffent « à la garçonne » pour signifier leur indépendance et leur refus de la domination masculine ; les lesbiennes s’affichent.

Robert Margueritte publie La Garçonne (1922), un roman qui appelle le succès autant que le scandale. À un moment où la France, en perte démographique en raison de la Grande Guerre, se reconstruit et incite la population à procréer, les vertueux voient une provocation dans les pages de Margueritte dédiées aux amours lesbiennes.

Le théâtre, éternel miroir de la société, s’empare du sujet de l’homosexualité – sujet qui de la ville passe à la scène. En 1926, l’auteur dramatique Édouard Bourdet fait représenter avec succès La Prisonnière au théâtre Fémina, drame psychologique passablement moralisateur sur les amours saphiques d’une femme mariée.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous