Frédéric Baptiste : « Je suis descendant d’un couple homoparental et tout va bien dans ma famille »

Publié le

Cet auteur et metteur en scène de théâtre signe avec « Amoureuses » un premier roman sensuel et sensible, inspiré par le couple que formaient Claire et Marthe, ses « arrière-grands-mères ». Komitid l’a rencontré. 

Frédéric Baptiste, auteur de « Amoureuses » - Louis Tholance
Article Prémium

Tout semble les opposer : leur milieu, leur tempérament. Claire est une jeune bourgeoise sauvage, impulsive, rêveuse, mariée sans amour à un industriel volage qui la cocufie avec ses domestiques. Marthe vit dans la Normandie rurale, elle est joviale, pleine de bon sens, attachée à son mari, Edouard, le cafetier du village. Dans la France des années 30, elles vont s’aimer avec une audace qui n’est pas purement romanesque. Frédéric Baptiste l’a nourrie de l’histoire de deux aïeules qui ont fait souffler le vent de la liberté dans sa généalogie. 

Komitid : Dans quelles circonstances avez-vous eu connaissance de la relation des « vraies » Claire et Marthe ? 

Frédéric Baptiste : Elles sont mortes chez mes grands-parents un an avant ma naissance et à quelques mois d’intervalle, preuve qu’il leur était sans doute difficile de vivre l’une sans l’autre. Elles y ont laissé leurs affaires, notamment des grimoires de Marthe contenant ses recettes de rebouterie, un peu de magie blanche… Il y avait aussi des photos où on les voyait tantôt toutes les deux, tantôt avec les enfants de Claire, tantôt aux côtés d’un homme. Comme elles m’intriguaient, j’ai interrogé ma grand-mère qui était l’une de ses filles. C’est elle qui m’a raconté ce qu’elle savait, en se confiant à moi sans tabou ni aucun jugement sur le parcours de sa mère. Elle soupçonnait qu’elle et Marthe avaient été amoureuses, ce qui lui a été confirmé après leur décès lorsqu’elle a retrouvé des accessoires érotiques au fond d’une malle. Très discrètes, elles ont vécu ensemble pendant 36 ans, à partir des années 30. Personne ne posait de questions parce que tout le monde s’en fichait, mais elles formaient un couple. 

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous