Isabel Sandoval (« Brooklyn Secret ») : « Il ne devrait y avoir aucune restriction pour les actrices et acteurs trans qui pourraient jouer aussi bien des personnages cis que des personnages trans »

Publié le

« Brooklyn Secret » aborde le sujet de la transidentité de façon personnelle et sensible. Komitid a rencontré celle qui en est l’initiatrice et l’incarnation : Isabel Sandoval qui l’a écrit, réalisé, monté et qui interprète le personnage principal. 

Isabel Sandoval dans « Brooklyn Secret », qu'elle a écrit et réalisé - JHR films
Article Prémium

Alliage inédit entre la finesse et l’intériorité d’un certain cinéma asiatique et le côté ancré dans le réel du cinéma indépendant new-yorkais, en prise avec l’époque et l’actualité, Brooklyn Secret aborde le sujet de la transidentité de façon personnelle et sensible. Komitid a rencontré celle qui en est l’initiatrice et l’incarnation : Isabel Sandoval qui l’a écrit, réalisé, monté et qui interprète le personnage principal. 

Komitid : Quel a été votre premier contact avec le cinéma ? 

Isabel Sandoval : Je me souviens que je devais avoir quatre ans et ce n’est pas seulement mon plus ancien souvenir de cinéma mais mon plus ancien souvenir tout court ! Ma mère m’avait emmenée dans la salle de cinéma de ma ville natale aux Philippines et je me souviens que nous étions installées très haut, au balcon. Le film était une comédie du Charlie Chaplin local et n’était pas vraiment mémorable par lui-même mais j’étais impressionnée par la somptuosité de l’ensemble, toutes les images sur cet écran et cette salle qui ressemblait à un palais du 19ème siècle. En tant qu’enfant, j’ai eu l’occasion de voir pas mal d’images, des films de tous genres, des comédies, des mélodrames, et, en grandissant, mes goûts se sont affinés pour devenir plus sophistiqués. Mais l’accès aux grands films classiques comme ceux d’Hitchcock ou Fassbinder était compliqué. Il y avait des vendeurs de DVD illégaux et c’est grâce à eux que ma cinéphilie s’est forgée. J’ai développé mes propres goûts, je suis devenue plus sélective et j’ai ainsi trouvé ma propre voix en tant que cinéaste. 

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous