En Inde, l'isolement des personnes LGBT+ confinées

Publié le

Vivant dans une société largement conservatrice, nombre d'Indien.ne.s LGBT+ cachent leur orientation sexuelle à leurs proches. Un secret devenu particulièrement lourd pour certain.e.s durant les longues semaines de confinement avec leur famille.

pride Hyderabad Inde
La marche des fiertés à Hyderabad en Inde - reddees / Shutterstock
Article Prémium

« Nous entendons tellement d'histoires de personnes harcelées ou torturées psychologiquement par leur famille », rapporte à l'AFP Shruta Neytra, cofondatrice de Yaariyan, une organisation de soutien en ligne aux jeunes LGBT+ en Inde.

« C'est très éprouvant car nous ne pouvons même pas leur dire de quitter la maison et de trouver refuge ailleurs ».

Jeune homme gay dans une ville du nord de l'Inde, Kumar — un pseudonyme — a été passé à tabac par sa famille, qui a ensuite appelé la police, lorsqu'elle a découvert son orientation sexuelle. « Ils ont trouvé son téléphone — il parlait à quelqu'un ou partageait des photos — et l'ont frappé », raconte Shruta Neytra.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous