Singapour décide de maintenir la criminalisation de l'homosexualité masculine

Publié le

À Singapour, l'homosexualité masculine est passible d'une peine pouvant aller jusqu'à deux ans de prison. La Cour suprême a décidé que cette criminalisation reflète « les sentiments et les convictions du public ».

cour suprême Singapour
La Cour suprême de Singapour - kerochan / Shutterstock
Article Prémium

Lundi 30 mars, la Cour suprême de Singapour a refusé de renverser la criminalisation de l'homosexualité dans une affaire débattue à huis clos.

Trois personnes — un médecin à la retraite, un DJ et un militant LGBT+ — ont contesté l'interdiction du pays sur l'homosexualité masculine (la loi ne s'applique pas aux relations entre femmes). Les demandeurs ont affirmé que cette politique viole les dispositions de l'article 12 de la Constitution de Singapour qui protègent l'égalité des droits.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous