Confinement : des associations dénoncent des contrôles policiers « abusifs » et des propos à « caractère xénophobe ou homophobe »

Publié le

« Après seulement dix jours de confinement, des vidéos et témoignages faisant apparemment état de contrôles abusifs et de violences par les forces de police ont commencé à émerger sur les réseaux sociaux », ont fait valoir cette vingtaine d'associations et syndicats.

police lille
La police française - pixinoo / Shutterstock

Plusieurs associations, parmi lesquelles Human Rights Watch et la Ligue des droits de l’Homme, ont dénoncé vendredi le recours à des contrôles policiers « abusifs » et des « violences » pour faire respecter le confinement, en se basant sur des vidéos postées en ligne et des témoignages.

Communiqué commun

« Après seulement dix jours de confinement, des vidéos et témoignages faisant apparemment état de contrôles abusifs et de violences par les forces de police ont commencé à émerger sur les réseaux sociaux », ont fait valoir cette vingtaine d’associations et syndicats, dans un communiqué commun.

Les signataires appellent le ministre de l’Intérieur et le directeur général de la Police nationale « à veiller à ce que le maintien de l’ordre et les opérations de contrôle dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19 ne donnent pas lieu à des abus ».

« Ces opérations doivent s’opérer dans un cadre strictement légal, sans discrimination »

« Ils doivent rappeler immédiatement aux policiers en charge des contrôles que ces opérations doivent s’opérer dans un cadre strictement légal, sans discrimination, et sans recourir à des techniques dangereuses et potentiellement mortelles contre les personnes », ont-elles ajouté.

« L’état d’urgence sanitaire ne doit pas être en rupture avec l’Etat de droit et ne saurait justifier des contrôles discriminatoires ni un recours à la force injustifié ou disproportionné par les forces de l’ordre françaises », font valoir ces associations et syndicats.

Human Rights Watch, La Ligue des droits de l’Homme, le syndicat des avocats de France (SAF), le collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), les syndicats étudiants et lycéens Unef, Solidaires et UNL font entre autres partie des signataires, avec d’autres associations locales implantées en Ile-de-France, régions toulousaine, lyonnaise ou grenobloise.

Celles-ci critiquent en outre, « dans certains cas », des propos à « caractère xénophobe ou homophobe ».

Ces associations craignent que l’intensification de ces « pratiques illégales » ne viennent « menacer la cohésion nationale » et « compromettent l’adhésion d’une partie de la population aux mesures de confinement ».

« Nous reconnaissons l’importance cruciale de la mission collective confiée aux forces de l’ordre pour faire respecter les mesures de confinement et les difficultés auxquelles elles font face, mais nous dénonçons fermement tout abus dans la mise en œuvre de cette mission », concluent les signataires.

Avec l’AFP