« La Bonne Épouse », une comédie féministe réjouissante

Publié le

Une comédie sur la condition féminine, le patriarcat, les injonctions de genre et les prémices de mai 68 ? C’est possible ! Et c’est extrêmement réussi tout en étant à la fois politique et joyeux. Pour Komitid, c’est le film de la semaine.

« La Bonne Épouse », de Martin Provost - CAROLE BETHUEL / LES FILMS DU KIOSQUE
Article Prémium

Une comédie sur la condition féminine, le patriarcat, les injonctions de genre et les prémices de mai 68 ? C’est possible ! Et c’est extrêmement réussi tout en étant à la fois politique et joyeux. Pour Komitid, c’est le film de la semaine.

Martin Provost est un cinéaste passionnant.

D’abord comédien (pensionnaire de la Comédie-Française ce qui n’est pas rien), il lâche tout pour se concentrer sur l’écriture de pièces et de romans et la mise en scène théâtrale, puis se lance dans le cinéma. En 2008, son film Séraphine qui retrace le parcours d’une femme de ménage douée pour la peinture au début du XXème siècle cartonne et reçoit pas moins de sept César dont ceux du meilleur film, du meilleur scénario original et de la meilleure actrice pour son héroïne Yolande Moreau.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous