Caroline Wells Chandler : « L'origine ethnique, la classe et le sexe sont les conditions qui façonnent les choses que nous faisons »

Publié le

La réflexion sur l'identité, sur la fluidité du genre, le travail sur le BDSM et les combats féministes irriguent l'œuvre colorée de Caroline Wells Chandler, présentée à la galerie Éric Mouchet, à Paris.

Caroline Wells Chandler
Une des œuvres de l'exposition « St Francis Fire », de Caroline Wells Chandler, à la galerie Éric Mouchet - Rebecca Fanuele
Article Prémium

La galerie Éric Mouchet présente, et c'est une première en France, une exposition de Caroline Wells Chandler. Né en 1985, il se définit comme un artiste trans boi fluide non-binaire et souhaite être genré au masculin.

La réflexion sur l'identité, sur la fluidité du genre, le travail sur le BDSM et les combats féministes irriguent son œuvre, inspirée pour cette exposition par un célèbre retable religieux. Chacune de ses expositions construit Queeertopia, un monde dans lequel évolue des êtres aux couleurs vives, desessentialisés, des corps queer qu'il qualifie d'« inter-entre-deux ».

Caroline Wells Chandler a répondu à nos questions.

Komitid : Pouvez-vous présenter le travail qui est présenté à la Galerie Éric Mouchet sous le titre « St. Anthony's Fire » ?

Caroline Wells Chandler : J'expose de nouvelles œuvres figuratives crochetées à la main qui explorent librement être dans un corps et quitter un corps. Dans cette exposition, j'explore les thèmes de l'expérience de l'extase religieuse, le corps comme instrument pour l'expansion de la conscience, et la relation entre queerness et psychédélisme.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous