Laurent Sciamma : « En construisant ce spectacle, je me suis déconstruit »

Publié le

En quelques mois, l’humoriste a su imposer sa singularité sur la scène avec son one-man-show « Bonhomme » et questionne les rapports hommes-femmes et les injonctions genrées de l’enfance à l’âge adulte.

Laurent Sciamma
Laurent Sciamma - DR
Article Prémium

En quelques mois, l’humoriste a su imposer sa singularité sur la scène avec son one-man-show « Bonhomme ». Laurent Sciamma questionne en un peu moins d’une heure trente les rapports hommes-femmes et les injonctions genrées de l’enfance à l’âge adulte à travers des situations vécues et les questionnement intimes et politiques d’un jeune homme féministe qui assume haut et fort ses convictions.

Komitid a rencontré le comédien/auteur pour échanger sur ce spectacle intelligent, drôle, émouvant et militant plus que recommandé !

Komitid : Quel parcours vous a amené à l'exercice complexe du seul en scène ?

Laurent Sciamma : J’ai grandi à Cergy-Pontoise et j’ai fait un bac littéraire. Dans la foulée j’ai fait de l’histoire à la fac et du théâtre au Conservatoire de région pendant deux ans. À ce moment-là je voulais devenir comédien.

 

Après avoir fait du théâtre au lycée, j’avais ressenti un désir fort et je me sentais à ma place. Je ne me prenais pas du tout au sérieux, j’avais envie de jouer, de m’amuser mais j’étais un peu profane et ne me sentais pas forcément à ma place dans cet univers un peu classique. Je dessinais, je faisais de la photo, du graffiti, tous les moyens étaient bons pour être créatif. J’ai déménagé à Paris et me suis inscrit pour quatre ans d’études dans une école de communication visuelle. Je prenais du plaisir à créer mais il me manquait encore quelque chose. Après mon diplôme, j’ai bossé en agence de pub pendant un an mais quelque chose me dérangeait politiquement et intimement dans cet univers très compétitif, très masculin, une espèce de gigantesque boys' club où je n’étais pas très heureux. Je me suis mis à bosser en freelance sur des projets que je pouvais choisir et d’autres plus personnels. C’est à ce moment-là que je me suis épanoui créativement avec des choses très engagées, un blog que je nourrissais d’images sur l’actualité, à la fois pop, cool et sociétal.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous

  • arnosa

    Bravo 💪👍👍👍👍😉