Chris Mosier, premier sportif trans à participer aux épreuves de sélection des Jeux Olympiques

Publié le

Chris Moser, triathlète trans américain de 40 ans a participé samedi 25 janvier aux tests de sélection des Jeux Olympiques pour l'équipe étatsunienne pour l'épreuve des 50 kilomètres. Les prochains Jeux olympiques auront lieu à Tokyo du 24 juillet au 9 août prochain.

Chris Moiser
Chris Moiser - Capture d'écran Instagram /@thechrismoiser

Selon le média LGBT+ Gay.it, Chris Mosier n’a malheureusement pas pu aller jusqu’au bout de l’épreuve de sélection. En raison d’une blessure au genou, il a été contraint de s’arrêter à mi-chemin de la course de 50 kilomètres Il a témoigné sur les réseaux sociaux qu’il avait participé à une « expérience incroyable » et qu’il en était très « fier » et « reconnaissant ».

Mais comme l’explique le New York Times, en commençant la course, « Mosier est devenu le premier athlète trans à se qualifier et à participer à des essais olympiques dans le genre auquel il s’identifie. Il est également le premier homme trans à rivaliser avec les hommes à ce niveau. »

« Je me sens extrêmement honoré d’en être arrivé là », a déclaré Chris Mosier sur Instagram.

Il explique aussi que les essais olympiques avaient toujours été son principal objectif. Le sportif avait déjà marqué l’histoire du sport en 2016 pour avoir été la première personne trans sélectionnée pour l’équipe des États-Unis. À l’époque il s’était qualifié pour le duathlon, mais hélas, cette discipline n’est pas un sport olympique. Afin de tenter les Jeux olympiques, il s’est mis au triathlon.

« Je voulais venir ici aujourd’hui et vivre cette expérience, écrire l’histoire et la célébrer. J’ai fait le choix difficile, mais plus sage […] d’arrêter l’épreuve de sélection. Malgré la douleur d’avoir à regarder la majeure partie de l’épreuve de sélection depuis la ligne de touche, j’ai vécu une expérience merveilleuse. Je me sens heureux d’être ici ».

En plus d’un grand sportif, Chris Mosier est aussi militant pour la communauté LGBT+ et défenseur des droits des personnes trans. Il est le fondateur de transathlete.com, un site d’informations et de ressources pour les étudiant.e.s, les athlètes, les entraîneur.se.s et les administrateur.rice.s afin de trouver des informations sur l’inclusion des personnes trans dans l’athlétisme.

View this post on Instagram

For all those following along : Today was incredible and heartbreaking. I ended up my very first DNF (did not finish), pulling out of the race early with a knee injury. . Since making it to the Olympic Trials was my main goal last year, I feel extremely accomplished. I started training in a new sport in May 2019. In January 2020, I was ranked 12th & toe the line with the best men in the nation. . I wanted come here today and have this experience and make history and celebrate. And with it being such a big, special race I had to line up ; but the truth is my leg has been hurting for a long time and this morning I had two options : go all out today and hurt myself even more, or exit early and live to race another day. . I made the tough but wise choice. I have a torn meniscus in my right knee and will be looking at surgery very soon (but first any other options ! DM me suggestions please !) . Despite the agony of watching most of this race from the sideline, I had a wonderful experience. I feel blessed to be here. I can’t downplay the significance of starting the race or the fact that I only started racewalking seven months ago and have done only two races prior – a pretty awesome beginning to my new sport. . This is just a step on my journey. @coach.robyn told me today : “progress is not a straight line” It’s true. . It’s all good as long as we are moving forward. And forward isn’t always a straight line either. This isn’t the end – on the contrary, this is very early in this new chapter. And I will say now with confidence : this is not my last race or last Olympic Trials. . Thank you to everyone who sent well wishes, good luck, and good vibes this weekend, and thank you for all support and congratulations throughout. Thanks for your text messages and videos – I felt the love and you really showed me what you’re about. ✊ . I really appreciate you being along for the ride. 🙏 Buckle up – we’re going to fix this knee and really let it rock ! . #imagedescription Chris Mosier zips up a blue @nike jacket after withdrawing from the Olympic Trials race with a knee injury. . #transathlete #history #racewalking #nike #nikerunning #olympictrials #dnf #nodaysoff #nobaddays

A post shared by Chris Mosier (@thechrismosier) on

 

  • elieb

    Sans doute plus « facile » pour les personnes transmasculines que transféminines, la testostérone étant toujours considérée comme un « avantage » certain… On va soupçonner une femme trans de « tricher », et on va applaudir un homme trans de se mesurer aux « vrais » hommes.