De Suzy Solidor à Juliette Armanet : chanter l’interdit lesbien

Publié le

Pour déjouer la censure, au nom de la poésie ou encore afin de s’adresser aux seules initiées, Sappho s’est abondamment fredonnée à demi-mot. Komitid a rencontré Léa Lootgieter et Pauline Paris, qui nous révèlent avec une grande érudition « Les Dessous lesbiens de la chanson » dans leur ouvrage passionnant.

Chansons lesbiennes
Suzy Solidor (DR), Juliette Armanet - Shutterstock
Article Prémium

Les Éditions iXe publient en cette fin d’année Les Dessous lesbiens de la chanson, un ouvrage somme qui revient sur près d’un siècle de chansons lesbiennes... ou plutôt, « crypto-lesbiennes ». Car pour déjouer la censure, au nom de la poésie ou encore afin de s’adresser aux seules initiées, Sappho s’est abondamment fredonnée à demi-mot.

 

Il n’est pas trop tard pour glisser un énième cadeau sous le sapin si votre foyer en dispose d’un ou, pourquoi pas, tirer les reines de manière un poil plus païenne et offrir à l’heureuse élue un petit bijou lesbien qui ravira les oreilles et l’esprit. Car cet ouvrage « composé à quatre mains » par Léa Lootgieter et Pauline Paris, et illustré avec maestria par Julie Feydel, en est véritablement un, de ravissement.

 

41 chansons décryptées

Un répertoire de 41 chansons décryptées, leur texte et leur réception, avec érudition par les interprètes elles-mêmes ou des fin.e.s connaisseur.se.s de celles-ci : Juliette (Monocle et col dur), Brigitte Fontaine (Elvire), Adrienne Pauly (Vas-y viens) Léonie Pernet (qui a repris India Song, de Jeanne Moreau) mais aussi Anne Pauly (qui nous parle de Stéphanie de Monaco, Comme un ouragan, Anne Delabre (à propos d’Edith Piaf, Quand même, Adrien Naselli (sur Mylène Farmer, Maman a tort), Danièle Cottereau (évidemment, Catherine Lara, Autonome, elle qui fit un timide coming out sur ses ondes gaies,, avant d’en faire un magistral chez Michel Denisot puisqu’à la question « Que préférez-vous chez un homme? », Lara répondit : « sa femme »).

 

Sous-entendus

Livre divisé en quatre grands motifs : « Quand le portrait devient miroir », « Quand les amours interdites tombent le masque », « Quand le genre s’emmêle » et « Quand la solitude ouvre la porte de l’indépendance », pour raconter un siècle de chansons qui regorgent de sous-entendus, de sous-textes, et de références qui font sens pour la communauté lesbienne. Et pour couronner le tout, la playlist est disponible dans son intégralité sur la plateforme en ligne Deezer en scannant un QR code depuis son smartphone.... On est gâtées.

Pour Komitid, les deux autrices expliquent leur démarche et commentent des chansons, vidéos à l'appui, de Damia, de Suzy Solidor, Brigitte Fontaine ou encore Juliette Armanet.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous