Au Forum européen, 200 activistes réfléchissent aux défis du chemsex au delà des gays

Publié le

Le troisième Forum européen sur le chemsex s’est déroulé en novembre dernier à Paris, rassemblant plus de 200 activistes venus du monde entier, autour d’un thème : « Shaping the response » ou comment élaborer des solutions aux problèmes posés par des pratiques au-delà des drogues et du sexe… et des seuls gays ! Komitid était présent.

chemsex Article Prémium

Au Chemsex forum, « tous les intervenants sont experts ! », proclame Ben Collins, directeur de l’ONG International HIV Partnership et co-fondateur de l’événement, co-organisé par l’association Aides, fortement engagée dans la prise en charge des « chemsexers » et de leurs proches.

Toutes sortes d’intervenant.e.s, associatifs, psys, médecins, addictologues, mais aussi coaches et thérapeutes ou encore bailleurs institutionnels et surtout beaucoup d’usagers et d’ex-usagers, sont venu.e.s du monde entier. Ils ont en particulier mis en évidence les manques dans la prise en charge des enjeux de santé des minorités qui accumulent les stigmates : personnes migrantes, personnes racisées, trans et non-binaires, travailleur.euse.s du sexe…

Dès la session d’ouverture, qui s’est déroulée à la Mairie du 10e arrondissement, leurs paroles se sont succédées, les unes éclairant les autres vers un constat qui a porté toute la rencontre : il faut rester au plus près des usagers et dépasser l’approche « produits psychoactifs » contre « sexualité », autrement dit, aller au-delà de « chems » et de « sex ». Dépasser le chemsex donc.

Époque confuse

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous

  • arnosa

    A noter la très belle action d’Aides via Le Spot ???