Portrait : Selene Tonon, enseignante en game design, veut faire sortir le jeu de rôle du « modèle boys' club »

Publié le

Selene Tonon, créatrice de la Queervention de Rennes, était présente début novembre aux Utopiales de Nantes, un festival de science-fiction incluant les expériences ludiques, dont les jeux de rôle.

Selene Tonon - Fanny Evrard pour Komitid
Article Prémium

Selene Tonon, créatrice de la Queervention de Rennes, était présente début novembre aux Utopiales de Nantes, un festival de science-fiction incluant les expériences ludiques. À la fois impliquée dans la conception de jeux vidéo et de jeux de rôle, elle met en avant des règles pour jouer avec la psychologie des joueurs et des joueuses et pour penser les mondes imaginaires sous un angle politique pour une meilleure inclusion des minorités.

Presque toute la vie de Selene Tonon tourne autour du jeu. À 32 ans, la Rennaise codirige la jeune maison d’édition de jeux vidéo Abiding Bridge, en parallèle de son métier de professeure de programmation dans un école de game design à Rennes. Au festival de science-fiction Les Utopiales à Nantes, Selene abordait en table ronde le game design, parfois aux côtés de Diane Landais. À cette vie bien remplie, il faut ajouter sa pratique de l’escrime, l’animation du podcast Ludologies, son activité au Centre LGBT de Rennes et sa participation à l’écriture du livre Jouer des parties de jeu de rôle (éditions Lapin Marteau, 2017), destiné aux débutant.es.

Jeux de rôle politiques

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous