Alex Beaupain : « J’ai toujours fait très attention à ne jamais genrer mes chansons d’amour »

Publié le

Komitid a rencontré Alex Beaupain à l'occasion de la sortie de son nouvel album, « Pas plus le jour que la nuit ». L’auteur-compositeur-interprète nous parle de son travail au côté de Christophe Honoré, de l'amour non genré et de sa chanson sur la tuerie d'Orlando.

Alex Beaupain
Alex Beaupain - Vincent Desailly
Article Prémium

Peu de temps après la sortie de son septième album Pas plus le jour que la nuit, alors que sa tournée le conduira à l’Olympia à Paris le 20 novembre prochain, Komitid a rencontré Alex Beaupain. L’auteur-compositeur-interprète revient notamment sur ses débuts aux côtés du cinéaste Christophe Honoré, sur ses chansons intimes, politiques et « non-genrées » et sur la genèse de son titre sur la tuerie d’Orlando qui figure sur son dernier opus.

Komitid : C’est le cinéma de Christophe Honoré et en particulier le film Les Chansons d’amour, qui vous ont révélé au public. Quel souvenir gardez-vous de cette collaboration marquante ?

Alex Beaupain : Beaucoup de choses ! Christophe était un ami avant qu’on ne travaille ensemble. C’est la première personne qui m’a forcé à avouer à d’autres gens qu’à ma fiancée de l’époque que j’écrivais des chansons. Il m’a fait en écrire plus car lui écrivait déjà des livres, commençait à publier, travaillait aux Cahiers du Cinéma. Il venait de province comme moi, j'avais envie d’être artiste. C’était le premier exemple que j’avais de quelqu’un de quatre ans de plus que moi, qui venait de nulle part et qui arrivait à faire quelque chose. Cela m’a donné une impulsion et quand il a fait son premier film 17 fois Cécile Cassard, il m’a proposé d’en faire la musique parce qu’il connaissait mes chansons et parce qu’il voulait m’aider. C’est la première chose que j’ai faite professionnellement. Après mon premier album Garçon d’honneur, qui avait marché assez moyennement, il a récupéré les chansons pour en faire un scénario, celui des Chansons d’amour. Le succès était relatif parce qu’en salles cela n’a pas marché tant que ça mais il a acquis au fil du temps un statut de film culte, une petite communauté s’est créée. Si je n’avais pas fait ce film-là, ma carrière de chanteur se serait probablement arrêtée. Plein de gens m’ont connu par ce film et continuent à me suivre et à écouter mes chansons, ça me fait plaisir.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?<

Identifiez-vous