Sébastien Lifshitz : « Quand je fais des films, je cherche à faire des portraits au plus près des gens et du quotidien pour mieux mesurer le chemin à parcourir »

Publié le

Jusqu'au 12 novembre, découvrez ou redécouvrez l'œuvre de ce cinéaste gay auquel le Centre Pompidou consacre une rétrospective ainsi qu’une exposition de photos d’amateurs que le réalisateur collectionne depuis longtemps.

Sébastien Lifshitz - DR
Article Prémium

Le Centre Pompidou consacre une rétrospective au cinéaste gay Sébastien Lifshitz ainsi qu’une exposition de photos d’amateurs que le réalisateur collectionne depuis longtemps. Pour l’occasion, nous sommes revenus avec lui sur Presque rien, son premier long métrage de fiction, sur Les Invisibles, son documentaire césarisé ainsi que sur sa passion pour la photographie vernaculaire.

Komitid : Comment avez-vous réagi quand le Centre Pompidou vous a proposé une rétrospective de vos films ?

Sébastien Lifshitz : C’est étrange une rétrospective parce qu’on a l’impression que ça s’adresse à quelqu’un qui est à la fin de sa vie et qui a déjà fait tous les films qu’ils devaient faire. Je ne le vois pas comme une rétrospective mais plutôt comme une sorte de focus, une étape dans un parcours. Je n’avais jamais revu mes films. Quand je les ai revus pour les restaurer et les numériser pour la rétrospective, c'est étrange mais j’avais oublié des plans, des scènes, des dialogues. Je redécouvrais un peu tout et cela m’a fait un drôle d’effet. Je n’ai pas fait d’école de cinéma donc j’ai revu tout mon apprentissage à l’œuvre à l’intérieur des films, les maladresses, les questions que je me posais.

En 2000, « Presque rien » était votre premier long métrage de fiction, quels souvenirs en gardez-vous ?

L’homme que je suis aujourd’hui ne referait pas le film de cette manière. Je m’insultais sur l’écran en revoyant le film ! C’est impossible de se remettre dans l’état d’esprit de la personne que j’étais à l’époque. Je suis devenu presque étranger à mes films.

« Ça a été un tournage assez heureux, on n’avait pas un rond au début »

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous