« On veut mettre un coup de pied dans la fourmilière » : le groupe de hip hop Genderfuckerz se bat contre le racisme et la transphobie

Publié le

Respectivement âgés de 24 et 21 ans, Jelani et Néguine se sont lancés l'an dernier dans le hip hop en créant le groupe Genderfuckerz. Racisés et ouvertement queer, ils allient musique et militantisme pour lutter contre les violences qu'ils subissent. Rencontre.

« On veut mettre un coup de pied dans la fourmilière » : le groupe de hip hop Genderfuckerz se bat contre le racisme et la transphobie
Néguine (à gauche) et Jelani ont lancé leur groupe de hip hop, Genderfuckerz, l'an dernier. Objectif ? Abolir les frontières du genre - Floriane Valdayron pour Komitid
Article Prémium

« Tous les bancs à l'ombre sont pris », soupire Néguine en pénétrant dans le Jardin Nelson-Mandela, situé en face du Forum des Halles, à Châtelet, dans le 1er arrondissement de Paris. Après quelques minutes d'hésitation, Jelani et lui optent pour un petit coin à l'abri du soleil de plomb qui règne ce samedi matin. Très vite, la complémentarité du duo du groupe Genderfuckerz se ressent. Jelani, 24 ans, parle d'une voix posée et prend le temps de détailler chacun de ses propos, tandis que Néguine, 21 ans, s'exprime à grand renfort de punchlines bien senties accompagné de son rire, communicatif.

Les parcours des vingtenaires vont également de pair : tandis que Néguine, issu d'un BTS audiovisuel, apporte une attention toute particulière à l'image, Jelani a fait de la musique sa dominante avec un bachelor en organisation d'évènements culturels. Plus tôt, à l'adolescence, Jelani écrivait, tandis que Néguine jouait de la batterie.

Les amis se sont rencontrés il y a moins de deux ans.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous

  • estellelc

    Il n’y a pas de lien pour écouter leur musique ?