« J'espère qu'elle n'est pas homophobe » : l'angoisse des personnes LGBT+ face aux psys

Publié le

Pour les personnes LGBT+ à la santé mentale fragile, trouver un.e spécialiste sensibilisé.e peut être d'une importance vitale. Plusieurs témoignent auprès de Komitid de leurs difficultés. Des réseaux LGBT-frienly existent mais demeurent peu connus.

« J'espère qu'elle n'est pas homophobe » : l'angoisse des personnes LGBT+ face aux psys - loreanto / Shutterstock
« J'espère qu'elle n'est pas homophobe » : l'angoisse des personnes LGBT+ face aux psys - loreanto / Komitid
Article Prémium

« Vous avez une bonne relation avec votre père ? Parce que vous êtes peut-être devenue lesbienne à cause de ça ». Voilà ce qu'un psychologue a dit à Adèle lors d'une consultation au Centre expert bipolaire de Paris. Elle n'est pas seule à avoir été suivie par un.e psychologue ou un.e psychiatre ayant tenu des propos homophobes. Aurélien s'est entendu dire que sa sexualité était « forcément sauvage entre hommes » et son couple « voué à l'échec de par une recherche frénétique de multiplier les partenaires sexuels ». Plusieurs autres personnes ont également témoigné auprès de Komitid des difficultés qu'elles avaient rencontrées.

Alors que les jeunes LGBT+ sont déjà quatre fois plus susceptibles de se suicider que les jeunes cisgenres et hétéros, ces expériences peuvent faire fuir les personnes LGBT+ du système de soins et retarder le diagnostic et la prise en charge. Les spécialistes de la santé mentale sont pourtant formés à trouver les bons mots et à créer un environnement sûr et sans jugement pour leurs patients. Il faut croire que les thématiques LGBT+ font exception.

« À ma connaissance, il n’y a pas de formation aux questions LGBT+. J’ai fait deux formations différentes, à l’université et en école privée, et en sexologie jamais ça n’a été abordé. » explique à Komitid François Boudeau, psychopraticien. Ce spécialiste fait partie de l'association PsyGay, qui regroupe des thérapeutes LGBT+, mais aussi des thérapeutes hétérosexuel.le.s et allié.e.s, qui orientent les personnes vers des professionnel.le.s sensibilisé.e.s notamment aux sujets liés à l'homosexualité et à la transidentité. Adèle ignorait l'existence de cette association et du site médecins LGBT+ friendly : « Je n'ai jamais utilisé de site spécialisé, cependant il est normal et important qu'ils existent. La sécurité et la santé des personnes LGBT en dépendent. » 

Des vies en danger

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.
  • phil86

    Un très bon psy très connaisseur des problématiques LGBT et aussi sur le VIH il s’appelle Philippe Arlin il a un cabinet à Paris et un à Poitiers je le recommande il m’a suivi quelques temps il y a quelques années