Élections européennes : que disent les partis sur les questions LGBT+ ?

Publié le

Komitid s'est plongé dans le programme des différentes formations politiques à l'approche des élections européennes. Résultat des courses : tout le monde ne parle pas des questions LGBT+ et tous ne s'engagent pas pour l'égalité.

Les élections européennes auront lieu le 26 mai 2019 en France métropolitaine - Nancy Beijersbergen / Shutterstock
Les élections européennes auront lieu le 26 mai 2019 en France métropolitaine - Nancy Beijersbergen / Shutterstock
Article Prémium

L'immigration ? Discutée jusqu'à la corde. L'économie ? Au centre des débats. L'environnement ? Débattu à minima. La campagne de ces élections européennes – prévues le 26 mai prochain – semble suivre un chemin tout tracé, se limitant à quelques thèmes phares très attendus. Pourtant, encore mal connues par ses propres citoyen.ne.s, les compétences de l'Union européenne (UE) dépassent largement ces sujets. Libre circulation des personnes, lois anti-discriminations, égalité entre les familles... les questions liées aux droits des personnes LGBT+ dépendent aussi, sur certains sujets, du bloc.

Le Parlement européen adopte pourtant de nombreuses résolutions et directives (lois européennes) relatives aux droits LGBT+. En exemple, la reconnaissance et la condamnation des mutilations dont sont victimes les enfants intersexes. Il n'est donc pas inopportun de se demander quelle place est donnée à ces questions et quelles promesses ont été faites par les différents partis à l'approche du vote qui vise à renouveler 571 député.e.s, dont 75 en France.

Komitid a donc pris sa respiration, avant de se plonger dans les programmes des différent.e.s candidat.e.s. Résultat des courses : certains groupes politiques se posent clairement comme des alliés, quand d'autres sont bien loin de faire de la protection des personnes LGBT+ une priorité…

Partis européens plutôt que partis hexagonaux

Avant de démarrer, une précision s'impose : plutôt que d'éplucher les interviews, déclarations et professions de foi des douzaines de partis et candidat.e.s en lice en France, nous avons préféré analyser les programmes des partis européens représentés au Parlement de Strasbourg. Les eurodéputé.e.s sont en effet regroupé.e.s dans huit groupes politiques européens, auxquels la plupart des partis politiques français sont liés. Les député.e.s du parti socialiste et de Génération.s siègent avec leurs collègues du Parti Socialiste Européen (PSE) dans le Groupe Socialiste & Démocrate (S&D), tandis que les élu.e.s Europe Écologie-Les Verts (EELV) font parti du groupe des Verts du Parlement.

Ces groupes ont une importance cruciale dans l'organisation du travail des parlementaires européen.ne.s. Un.e député.e indépendent.e aura largement plus de difficulté à accéder aux différents groupes de travail ou à simplement prendre la parole dans l'hémicycle. Le fait que les eurodéputé.e.s soient élu.e.s à la proportionnelle constitue une spécificité du Parlement européen, des petites formations comme les Verts ou le Centre pouvant parfois arbitrer certains votes. Ce sont d'ailleurs ces partis qui ont choisi les candidat.e.s au poste de président.e de la Commission européenne. Éclairé.e.s ? Alors allons-y.

Les partis alliés des droits LGBT+

Sans trop de surprise, ce sont les partis de gauche qui s'en sortent le mieux sur la question. L'Intergroupe LGBTI, qui regroupe les parlementaires pro-LGBT+ au parlement, a d'ailleurs publié un outil utile qui récapitule les votes des différents groupes sur les questions LGBT+ lors de de la précédente mandature. Résultat des courses, ce sont les Vert.e.s européennes qui s'en sortent le mieux avec 100 % de soutien, suivi par le groupe des Socialistes à 98 % et par celui de la Gauche radicale (GUE/NGL) à 97 %. Dans le détail, cela veut dire qu'une large majorité d'eurodéputé.e.s de ces trois groupes ont par exemple voté « oui » à la résolution demandant d'interdire les thérapies de conversion dans toute l'UE.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.