Visibilité des personnes trans et non-binaires : « Il faut déconstruire les imaginaires par la diversité des représentations »

Publié le

Les images et les récits distillés dans les médias perpétuent une vision normative des identités de genre. Grâce à des initiatives comme celle de Broadly qui propose désormais une banque d'images représentant des personnes trans et non-binaires dans des situations du quotidien, un changement est-il en train de s'amorcer ?

gender spectrum
Photo de deux personnes, non-binaire et ne se conformant pas à un genre, extraite de la banque d'images libres de droits lancée par Broadly - The Gender Spectrum Collection
Article Prémium

Fin mars, Broadly, verticale féministe du site Vice, lançait une bibliothèque de 180 images libres d’accès mettant en scène des personnes transgenres ou non-binaires dans la vie de tous les jours. Avec ses quinze modèles immortalisés par Zackary Drucker, artiste et activiste américaine trans, The Gender Spectrum Collection ambitionne de démonter les stéréotypes liés au genre et à la sexualité. L’initiative emboîte le pas à Adobe Stock qui propose déjà une collection de photos du même type imaginée par la photographe Bex Day. Des démarches louables, alors que les médias généralistes sont encore très frileux quand il s'agit de représenter les minorités.

Les diversités de genres manquent à l’appel

Les images diffusées sur le web, dans la presse ou à la télévision sont d’excellents baromètres des inégalités de la société. Et les personnes trans et non-binaires qui y sont invisibilisées le sont aussi inévitablement dans les médias. Un avis que partage Karine Espineira, sociologue des médias et membre associée du Laboratoire D’Études de Genre et de Sexualité à l’Université Paris 8. Pour elle, les choses sont en train d’évoluer positivement mais « les journalistes ont longtemps eu le réflexe de ne pas vouloir bousculer le lectorat en présumant ce qu’il est capable ou non d’accepter. » Résultat, les représentations sont, « au mieux » parasitées par les stéréotypes de celles et ceux qui les diffusent ou bien complètement inexistantes.

D’après le New York Times, les recherches pour les mots « gender fluid » sur Getty Images ont été multipliées par trois entre 2017 et 2018, tandis que celles pour « couples transgenres » ont fait un bond de 150%. Malgré ces chiffres, les visuels mis à disposition sont loin d’être à la hauteur. Les photos qui y sont stockées propagent une vision inlassablement normative, cisgenre et hétéro-centrées de la société. Et dans la presse, les journalistes qui piochent dans ces bibliothèques pour illustrer leurs sujets propagent ces représentations biaisées.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.