ß

Philippe et David-Jean, Grégoire et Rémy : comment les couples gays redéfinissent le partage des tâches ménagères et parentales

Publié le

Avec 1h35 consacrée aux tâches parentales quotidiennes par les mères contre 41 minutes par les pères et respectivement 3h03 contre 1h45 pour les tâches ménagères, les inégalités au sein des couples hétérosexuels ne sont plus à démontrer. Un schéma dépoussière ce modèle : celui des couples homoparentaux, que des études pointent comme bien plus égalitaires dans la répartition des tâches. Komitid a suivi le quotidien de trois couples de pères.

charge-mentale-couples-gays
David-Jean (au fond) et Philippe nourrissent Jane (au fond) et Louise - Floriane Valdayron / Komitid
Article Prémium

« Come on girls, let's cook! », s'exclame Philippe en entrainant ses deux filles dans la cuisine. Le quinquagénaire s'adresse exclusivement en anglais à Louise et Jane, ses jumelles franco-américaines de 20 mois, nées par GPA. « J'ai vécu deux ans aux États-Unis, alors j'en profite, explique le chef de projet internet. David-Jean, mon mari, parle aux filles en français ».

Ce mercredi, Philippe se réjouit : il a le temps de cuisiner avec Louise et Jane. Il opte pour une quiche et installe les jumelles sur le comptoir de la cuisine américaine de son appartement de Montreuil. Comme tous les soirs, il est allé chercher ses filles à la crèche à 17h30. « Avec David-Jean, on fait plusieurs journées en une », soupire Philippe dans un sourire, tout en donnant un bout de pain à Louise, avant de ramasser la spatule qu'a fait tomber Jane.

Tâches ménagères et parentales, « un sujet de négociation presque permanent »

Le quotidien de la famille est rythmé par une organisation hors pair. La première partie de la journée est menée par David-Jean, chargé d'affaires générales dans une compagnie d'assurance. Il réveille les jumelles à 7h45, les prépare, pose leur masque respiratoire sur leur visage pendant une quinzaine de minutes – Louise et Jane sont asthmatiques – et les fait manger. « Ensuite, je leur mets leurs chaussures, leur veste, leur écharpe, leur manteau et leur bonnet ; ça n'en a pas l'air, mais ça prend du temps ! », s'exclame le papa à son retour, vers 18h45.

Une fois sa journée de travail terminée, c'est Philippe qui prend le relai. Le papa a la chance de travailler à cinq minutes de la crèche, qui se trouve elle-même à côté de l'appartement. « Le soir, c'est plus compliqué ; c'est assez sportif », lui concède David-Jean. Philippe s'occupe effectivement de la douche ou du bain, voire des masques pour l'asthme, selon le moment auquel David-Jean arrive. « De manière générale, j'essaie de rentrer à temps pour aider Philippe », explique le papa. Le couple donne ensuite à manger aux filles avant de leur lire une histoire, puis s'occupe des derniers préparatifs pré-sommeil.

Philippe donne à Louise son bain pendant que Jane est dans le salon avec David-Jean - Floriane Valdayron

Philippe donne à Louise son bain pendant que Jane est dans le salon avec David-Jean - Floriane Valdayron

Ce mercredi, les papas ont couché les jumelles à 20 heures et en profitent pour ranger l'appartement. « Tu sais où est la boîte en carton avec les petits personnages ? », demande Philippe. « Jane l'a mise dans le couloir », lui indique son mari. Alors qu'ils profitent du retour au calme, les époux, en couple depuis 24 ans, réfléchissent à la manière dont ils se répartissent les tâches ménagères et parentales. « C'est un sujet de négociation presque permanent ; David est hyper à cheval sur le partage à 50/50 », lance Philippe à son époux dans un rire. « Si je ne peux pas m'occuper des filles un soir parce que je suis en déplacement professionnel, je sais que je devrai compenser à mon retour ! ».

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.