ß

Allemagne : derrière les propos transphobes de la cheffe de la CDU, un tournant conservateur qui inquiète les activistes LGBT+

Publié le

Les blagues d'Annegret Kramp-Karrenbauer sur les toilettes neutres ne sont pas du tout passées en Allemagne. Pourtant, le conservatisme de la successeure d'Angela Merkel signe un virage pour la droite allemande.

Annegret Kramp-Karrenbauer
La présidente de la CDU Annegret Kramp-Karrenbauer à Berlin en janvier 2019 - photocosmos / Shutterstock
Article Prémium

Il aura suffi d'un week-end de carnaval pour que les masques tombent. En Allemagne, Annegret Kramp-Karrenbauer, désignée comme sa successeure à la tête des Chrétiens Démocrates (CDU) par Angela Merkel, est sous le feu des critiques depuis le dimanche 3 mars. En cause, une vidéo montrant la femme politique se moquant des personnes LGBT+ lors des célébrations du Carnaval, tradition allemande dont les célébrations varient suivant les villes et les régions.

Affublée d'un béret rouge et s'essayant au stand-up, Annegret Kramp-Karrenbauer est apparue à la télévision dans ce qui se voulait être un exercice humoristique. Et la présidente de la CDU de se moquer de Berlin et des « fêtes latte macchiato » qui ont installé des « toilettes réservées au troisième genre ». Pire, raconte Deutsche Welle, l'élue a profité d'une remarque sur les toilettes neutres pour verser dans la transphobie : « [Ces toilettes] sont pour les hommes qui n'arrivent pas à décider s'ils veulent être assis ou debout quand ils font pipi ».

Les commentaires, repérés dimanche, ont immédiatement entrainé une vague d'indignation en ligne, notamment de la part d'activistes LGBT+. « Nous n'aimons pas ce genre de remarques, que ce soit le carnaval ou non », explique Markus Ulrich de l'association allemande des gays et lesbiennes (LSVD) à Komitid. « Elles font du mal aux personnes LGBTI. C'est pour cela que nous devons prendre les choses sérieusement et la critiquer pour son attitude et ses opinions. » Et si les réactions ont été aussi vives, c'est aussi parce que Annegret Kramp-Karrenbauer est une habituée des propos LGBTphobes.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.