ß

Cinéma queer et LGBT+ : le meilleur (et le pire) vu au festival de Berlin

Publié le

Ces films vont arriver sur vos écrans prochainement. Komitid vous détaille les tops et les flops du festival de Berlin. Une mise en bouche avant la découverte en salles de ces œuvres du cinéma LGBT+.

Tom Mercier dans « Synonymes », de Nadav Lapid - Guy Ferrandis / SBS Films-2
Tom Mercier dans « Synonymes », de Nadav Lapid - Guy Ferrandis / SBS Films-2
Article Prémium

La Berlinale, le festival du film de Berlin, premier des festivals majeurs de l’année, donne traditionnellement le ton en matière de cinéma LGBT+ notamment parce que c’est le premier qui a créé des prix dédiés à ces thématiques, les Teddy Awards, un marché afférent et une section Panorama qui a l’œil acéré sur tous les films queer produits dans le monde. Dans une sélection moins riche que les années précédentes émergent pourtant un chef d’œuvre iconoclaste, quelques films dignes d’intérêt, un acteur impressionnant et un immense ratage. Impressions berlinoises avec un constat qui s’impose : la vivacité persistante depuis l’année dernière du cinéma sud-américain sur les sujets LGBT+. Notre top 9 des films, le ratage total, et l'acteur à suivre, c'est maintenant.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.