Dixième édition des Gay Games à Paris : retour sur 36 ans d'histoire(s)

Publié le

Alors que les Gay Games 2018 de Paris battent leur plein, Komitid revient sur les énormes accomplissements de cette institution sportive LGBT+... et les quelques fâcheries qu'elle continue de charrier dans son sillage.

gay games 19982 san francisco gay games 2018 paris histoire temps forts
Publicité pour la première édition des Gay Games en 1992 (avant qu'il soit interdit à l'événement d'utiliser le terme « olympique ») parue alors dans The Advocate - capture d'écran
Article Prémium

Alors qu’aujourd’hui de plus en plus de personnes questionnent le nom de Gay Games -de la même manière que l’on parle plus de marche des fiertés que de gay pride aujourd’hui- combien des membres du puissant lobby LGBT+ connaissent un tant soit peu l’histoire de ce rendez-vous historique ? Qui sait qu’à trois semaines de la toute première édition de ces olympiades queer, en 1982, le nom était censé être « Gay Olympic Games » mais que le Comité olympique des États-Unis a refusé au gai happening le prestigieux qualificatif d’olympique ? Komitid a été fouiller dans les archives des Gay Games pour mieux vous en conter l’histoire, et les histoires. Tom Waddell : le fondateur des Gay Games revenu de loin et parti trop tôt Tom Waddell est le père des Gay Games. Né en 1937 dans une famille de stricte tradition catholique, il a, comme bien d’autres personnes hors de l’hétéronorme, eu beaucoup du…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous