« On reste ouvert spécialement » : comment les bars et restos parisiens se préparent aux Gay Games

Publié le

La 10e édition des Gay Games démarre samedi 4 août à Paris principalement. Komitid est allé à la rencontre des personnes qui tiennent des lieux conviviaux situés près des événements sportifs pour voir dans quelle mesure elles se sont préparées à accueillir les participant.e.s et leurs soutiens.

Le Rosa Bonheur au parc des Buttes Chaumont, Paris 19e
Le Rosa Bonheur au parc des Buttes Chaumont, Paris 19e - Alexa Kehailia
Article Prémium

Pas moins de 300 000 personnes représentants plus de 90 nations s’apprêtent à gagner la capitale pour les Gay Games. Pour la première fois de son histoire, Paris accueille ce que nous nous autoriserons exceptionnellement à appeler les « Jeux olympiques » LGBT+, un événement inclusif, rassembleur, dont le but premier est la lutte contre les discriminations en raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre. À la fois festifs et culturels, les Gay Games c’est surtout l’occasion pour toute personne LGBT+ ou hétéros, quelque soit son niveau, de démontrer ses compétences sportives à travers les plus de 35 disciplines proposées qui vont donner lieu à plus de 500 compétitions. Concrètement, les différentes épreuves sont réparties sur plusieurs centres sportifs (piscines, stades, arènes, parcs, etc.) du dimanche 5 août au samedi 11 août, période pendant laquelle en temps normal la capitale est déserte. Face à ce constat, Komitid a voulu savoir comment…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.