Scintiller sans froisser Mère Nature : tout sur les paillettes biodégradables et éco-friendly !

Publié le

Fin 2017, un avant-goût de fin du monde nous est tombé dessus lorsque nous avons soudain dû faire semblant de découvrir que les paillettes étaient nocives pour l’environnement. Mais pas de fatalité dans nos fiertés : des alternatives fort shiny se multiplient.

Paillettes biodégradables - Sharon McCutcheon / Unsplash
Paillettes biodégradables - Sharon McCutcheon / Unsplash
Article Prémium

Dès 2013, la communauté scientifique avait alerté le grand public sur les dangers des microparticules de plastiques présentes dans les cosmétiques, notamment les dentifrices et les gommages. Depuis, l’industrie de la beauté a su s’adapter avec des alternatives naturelles, et, depuis le 1er janvier 2018, a dû apprendre à faire sans, car les micro-billes en plastique sont bannies par la loi sur la biodiversité. Mais, fin novembre 2017, une nouvelle étude, accompagnée d’une flopée d’articles alarmistes, nous a sorti.e.s du déni : les paillettes sont tout aussi dangereuses pour l’environnement, aussi enchanteresse soient-elles ! Elles aussi, passent à travers les filtres et vont polluer les océans (on estime qu’environ 51 trillions de fragments de microplastique se baladent actuellement dans les mers), avant de nous revenir, par le biais de la chaîne alimentaire.

Comment cette poussière d’étoile synonyme de fête peut-elle causer autant de dégâts ? Comment s’en passer ? Pas de panique, des solutions existent. Mais avant toute chose : sachez qu’aucune d’entre elles n'est parfaite en tout point.

Mine de rien, les paillettes « naturelles » soulèvent des questions d’éthique

Bien avant l’annonce sur un ton catastrophé d’une possible interdiction des paillettes de plastique, semblant nous condamner à une éternité d’errance en terres ternes, bien des marques tournées vers une démarche écolo proposaient déjà des paillettes naturelles. Il est très facile de se procurer des pots de paillettes en mica, aussi scintillantes et merveilleuses que leurs cousines dérivées de pétrole, sur Aroma Zone, par exemple.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous