John Trengove, réalisateur des «Initiés» : «On ne peut pas sous-estimer à quel point l’homosexualité est toujours stigmatisée dans certaines parties d’Afrique du Sud»

Publié le

Yagg a beaucoup aimé le film gay sud-africain «Les initiés». Son réalisateur nous explique sa démarche et ses choix.

Article Prémium

Les initiés (Lire «Les initiés»: être un homme, mode d’emploi) est son premier long-métrage de fiction. De passage à Paris, le réalisateur sud-africain John Trengove a répondu à nos questions sur ce magnifique film, en salles depuis le 19 avril. Il nous explique notamment comment à travers son film il a tenté de montrer une vision de l’homosexualité qui évite les écueils habituels et les vérités toutes faites.

Comment est né ce film? Cela a commencé avec mon co-producteur, Batana Vundla, qui est issu de l’ethnie Xhosa. Nous sommes tous les deux réalisateurs. Nous avons parlé de la possibilité de faire un film queer en Afrique du Sud. A l’époque, il y avait un certain nombre de choses qui étaient dans l’air et qui avaient de l’importance pour nous. La première, c’est les déclarations de plus en plus populaires de gens comme Robert Mugabe, qui dit l’homosexualité est non-africaine, que c’est une menace pour les cultures traditionnelles. Parce que Batana est xhosa, nous avons pensé que cela serait très intéressant de parler de désir entre personnes de même sexe, croisé à une histoire sur ce rite de passage. Nous avons pensé que cela serait une manière plus intéressante de faire un film queer, dans le sens où si nous nous contentions de raconter une histoire gay pour un public gay, cela nous confinerait à une niche. Ce n’est pas mal en soi, mais en plaçant cette histoire dans ce contexte, nous avons vraiment ouvert le film, pas seulement en termes de publics, mais aussi en termes de richesse. Cela nous donnait beaucoup de substance, beaucoup de choses à explorer. C’est ça qui est intéressant en termes de cinéma queer. A une époque, cela consistait juste à mettre des images queer à l’écran. Maintenant, on peut explorer la valeur métaphorique de ce que cela signifie d’être gay.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous