Reportage: Une plaque dévoilée en hommage aux déportés pour motif d'homosexualité

Publié le

Cette plaque est le résultat de quatre ans de travail de l'association Les "Oublié(e)s" de la Mémoire auprès de la Commission exécutive du Struthof et du ministère de la Défense.

Samedi 25 septembre était dévoilée sur le Mur du Souvenir dans l’ancien camp de concentration de Natzweiler-Struthof en Alsace une plaque en hommage « à la mémoire des victimes de la barbarie nazie, déportées pour motif d’homosexualité ».

Cette plaque est le résultat de quatre ans de travail de l’association Les « Oublié(e)s » de la Mémoire auprès de la Commission exécutive du Struthof et du ministère de la Défense. Cent cinquante personnes étaient présentes pour cette journée où l’émotion était forte. Parmi elles,  Rudolf Brazda, le dernier des triangles roses survivant connu, mais aussi des élu-e-s français et allemands, comme Emmanuelle Bochenek-Puren, sous-préfète de Molsheim, qui représentait Hubert Falco, le secrétaire d’État à la Défense et aux Anciens combattants, André Woock, le maire de Natzwiller, Michèle Striffler, députée européenne, Walter Krögner, député au parlement du land de Baden Württemberg en Allemagne ou Philippe Bertaud, conseiller municipal, représentant le maire de Nancy André Rossinot.

Le camp de Natzweiler-Struthof est le seul camp de concentration installé sur le territoire français.

À voir aussi sur le même sujet : Triangles roses : le dernier survivant connu de la déportation homosexuelle témoigne

Envie de plus d’infos Yagg ? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg !