Le prix du meilleur roman lesbien 2009: c’est samedi!

Publié le

Pour la deuxième année consécutive, le site République du Glamour organise le prix du meilleur roman lesbien. Verdict le samedi 6 février, à partir de 18h, au Troisième Lieu, à Paris.

Pour la deuxième année consécutive, le site République du Glamour organise le prix du meilleur roman lesbien. « Cette année encore, les romans lesbiens se sont distingués par une qualité littéraire exemplaire et un choix de sujets audacieux », affirme le site dans un communiqué.

La remise du prix aura lieu le samedi 6 février, à partir de 18h, au Troisième Lieu (62, rue Quincampoix, 75004 Paris). Parmi le jury qui rendra son verdict ce samedi, on notera la présence de Judith Silberfeld, notre rédactrice en chef.

Voici les six romans sélectionnés en vue de la finale (avec des extraits des résumés des éditeurs) :

  • Les chroniques d’Ouranos, de Véronique Bréger (Adventice) : « Au cœur d’Ouranos, mégalopole futuriste et polluée où l’air est devenu irrespirable, Soann se voit confier une mission de la plus haute importance… ».
  • Allez au diable Vauvert, d’Isabelle Blondie (D’un Noir Si Bleu) : « La voix de Véronique accompagne Céline. Elle est là, dans ce petit cahier rouge, un journal aux derniers mots noyés dans une tache d’encre dont on ne connaît pas l’auteur… ».
  • Le Jardin de Shahrzad, de Vida (KTM Éditions) : « Comment être iranienne et lesbienne, tel est le dilemme auquel est confrontée Shahrzad… ».
  • Le dernier chaos, de Caroline Ellen (Pascal Galodé éditeurs) : « Si le destin de Caer est de devenir orfèvre, tout va basculer lorsqu’elle rencontre Laedga, une jeune guerrière… ».
  • Un amour prodigue, de Claudine Galea et Colombe Clier (Éditions Thierry Magnier) : « À seize ans, ça passe plus vite ? Je ne dirais pas ça à Philippine, c’est ce que les vieux répètent aux jeunes, et c’est irrecevable évidemment… ».
  • Tous les soirs de ma vie, d’Isabelle Zribi (Éditions Verticales) : « Tous les soirs de ma vie est un monologue intérieur qui se joue en une seule nuit, le temps d’une rencontre entre la narratrice et C., une presque inconnue à la silhouette magnétique… ».

Envie de plus d’infos Yagg ? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.