La revue « Kaiserin » rend hommage aux Cockettes, drag-queens sous acide des seventies

Publié le

Un bel hommage, en images et en textes, où le photographe Bertrand Le Pluard et ses modèles s'amusent à recréer cette folle communauté et ses personnages flamboyants.

texte alternatif pour l'imageLa revue gay française Kaiserin propose un hors-série consacré aux Cockettes, la fameuse troupe de drags hippies de San Francisco (qui comptait notamment dans ses rangs Sylvester et Divine), dont la carrière fut courte (1969-1972), mais l’influence majeure dans les premières années de libération homosexuelle. Un bel hommage, en images et en textes, où le photographe Bertrand Le Pluard et ses modèles s’amusent à recréer cette folle communauté et ses personnages flamboyants. « Imaginez l’éjaculation créative d’une bande de freaks sous acide animée par le désir et le plaisir de faire, de s’exprimer, de délirer, d’inventer, de créer, d’être ensemble, de baiser et de ré-inventer leurs vies », écrit Bertrand Le Pluard (alias The Bearded Lady).

Truman Capote lança leur renommée au niveau national mais leur passage à New York, devant un parterre de VIP impressionnant (John Lennon, Gore Vidal…), fut un désastre. Le foutoir sans nom de San Francisco passa mal dans Big Apple. De retour en Californie, des dissensions se firent sentir dans le groupe, et la belle utopie prit fin à l’orée des années 70.

En 2002, un documentaire intitulé The Cockettes, de David Weissman et Bill Weber, retraçait leur folle épopée. En voici quelques extraits compilés par un internaute sur YouTube (la musique n’est pas celle du documentaire) :
httpv://www.youtube.com/watch?v=gnTLffNuVr4
Si vous n’arrivez pas à lire la vidéo ci-dessus, cliquez ici.

Photos Bertrand Le Pluard

Envie de plus d’infos Yagg ? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.