Quel avenir pour le Tango ? Hervé Latapie nous en dit plus

Publié le

Le Conseil de Paris doit voter en novembre le rachat l'immeuble abritant le Tango, lieu LGBTI+ mythique, mais pour Hervé Latapie, son gérant, la situation demeure « incertaine et délicate ».

Façade du Tango - Le Tango (La Boîte à Frissons) / Facebook
Façade du Tango - Le Tango (La Boîte à Frissons) / Facebook
Article Prémium

L'horizon semble plus dégagé pour le Tango, mais comme nous l'affirme son gérant Hervé Latapie, rien n'est encore fixé pour la réouverture de ce lieu LGBTI+ et affirme que le lieu est dans une « situation incertaine et délicate ».

Ouvert en 1997 dans le Marais, le Tango est l’un des plus anciens dancings de Paris et un lieu LGBTI+ historique. Plus qu’une boite de nuit, le Tango accueille, à travers la Boite à Frissons le week-end, de très nombreuses associations qui y organisent des soirées afin de récolter des fonds et mieux se faire connaître.

L’établissement a été contraint de fermer pendant un an en raison de la pandémie de Covid-19. À la fin 2020, la vente de l’immeuble du 11 rue Au Maire a été annoncée et a alors menacé l’avenir du Tango. Plusieurs élu·es de la capitale ont immédiatement affiché leur soutien et exprimé leur souhait de sauver cet endroit mythique.

Le mois dernier, Têtu a révélé que la ville de Paris devait racheter l’immeuble dans lequel se trouve le Tango. Une réouverture pour décembre y a même été évoquée. Par téléphone ce mardi 12 octobre, Ian Brossat, l'adjoint à la maire de Paris en charge du logement, a confirmé à Komitid que le Conseil de Paris doit voter l'acquisition de l'immeuble au mois de novembre. 

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous