Témoignage : « J’ai été piégé au Père Lachaise et condamné pour exhibitionnisme sexuel »

Publié le

Draguer sur un lieu de rencontre extérieur (LRE) n’est pas forcément sans risque. Paul, un retraité tranquille, en a payé le prix fort il y a un an, quand il a été arrêté au Père Lachaise. Retour sur son histoire, d’un autre temps. Édifiant.

Vue du Père Lachaise, à Paris, en juillet 2021 - Dominique Chaudey pour Komitid
Article Prémium

Paul* a 70 ans. Il est gay et a toujours assumé son homosexualité. Il a milité dans des associations de lutte contre le sida. Il considère avoir participé comme il le pouvait à tous les combats pour plus de droits LGBTI+.

Paul ne drague pas sur les applications de rencontre. Il n’a même pas de téléphone portable. Pour rencontrer d’autres hommes, il se rend sur les LRE : « une drague anachronique certes, mais réelle », comme la décrit son avocat. En mars 2020, il est arrêté au Père Lachaise parce qu’il a montré son sexe à un autre homme. Cet homme l’avait aguiché en passant et repassant devant lui, alors qu’il était dans un coin un peu isolé du quartier des Maréchaux. Cette partie isolée du Père Lachaise est très connue pour être un spot de drague gay depuis des décennies. Paul a été arrêté puis condamné pour exhibitionnisme sexuel. Il nous raconte ce qu’il s’est passé, combien il trouve le traitement de son cas disproportionné et pourquoi il a le sentiment de s’être fait piéger par du personnel de la Mairie de Paris.

Menotté au commissariat

« Le 11 mars 2020, vers 15 heures, j’ai montré mon sexe à un garçon que je croyais être là pour la même raison que moi. Ce garçon avait sorti son portable et me filmait. Je n’ai absolument pas vu qu’il me filmait. Il m’a sorti aussitôt une carte de la Mairie de Paris et m’a demandé de le suivre. Il m’a emmené dans une des petites maisons à l’entrée du Père Lachaise et a appelé la police. »

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous