Samantha Hudson : « Être travestie, c'est jouer avec l'expression du genre, mais c’est un processus fluide »

Publié le

Samantha Hudson est une artiste travestie espagnole, elle s’est faite connaître à la sortie de « Maricón », son premier morceau s'attaquant à l’Eglise catholique. Encore méconnue en France, nous la rencontrons à Madrid pour parler de son jeune parcours.

Samantha Hudson - DR
Article Prémium

Samantha Hudson est une artiste travestie espagnole, elle s’est faite connaître à la sortie de Maricón, son premier morceau s'attaquant à l’Eglise catholique. Elle est ensuite devenue célèbre durant la pandémie à travers ses performances et ses stories entre humour et réflexion critique sur l’identité pédée ou la société actuelle. Encore méconnue en France, nous la rencontrons à Madrid pour parler de son jeune parcours.

Komitid : On te voit apparaître dans des publicités de Jean-Paul Gaultier ou comme invitée à MasterChef, comment te présenter ? Comme une célébrité avant tout ?

Samantha Hudson : Je ne sais jamais trop quoi répondre, je ne sais pas ce que je dois attendre de moi-même. Je dirais que je m’identifie assez avec le titre que le New York Times avait mis à un entretien de Lola Flores (1) : « elle ne chante et ne danse pas, mais vous ne pouvez pas la manquer ».
J’ai commencé à devenir connue surtout avec le confinement. Les gens s’ennuyaient et moi la première alors je postais des vidéos, les médias en parlaient et voilà ! Mais je suis encore un peu dépassée. Lorsqu’on me salue ou qu’on me demande des photos, je me considère surtout comme la vieille dame du quartier que tout le monde connaît.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous

Centre de préférences de confidentialité