À Houston, la plus grande résidence senior LGBTI+ des États-Unis

Publié le

« Regardez, on finit toujours par s'en sortir. Cinq millions de non et un oui ! »  s'exclame Dina Jacobs, une personne trans avec 57 ans de carrière en tant que drag queen, pour résumer les revers de sa vie et le bout du tunnel qu'elle aperçoit enfin.

Senior LGBTI+/Shutterstock
Article Prémium

Cette femme d'origine hawaïenne montre le deux-pièces qu'elle pourra dorénavant louer pour moins de 500 dollars par mois dans la première résidence du Sud des États-Unis pour seniors LGBTI+.

Inauguré jeudi 24 juin, le centre Law Harrington compte 112 appartements et quelques espaces communs (bibliothèque, parc à chiens...).

Implanté à la lisière du Third Ward, un arrondissement de Houston en pleine gentrification, il vise d'une part à aider les personnes âgées les plus fragiles à rester dans leur quartier et d'autre part à assurer un accueil positif aux LGBTI+.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous