Enquête : En Hongrie, la communauté LGBTI+ victime du national-cynisme de Viktor Orbán

Publié le

Aux côtés de Bruxelles, des migrants et du milliardaire George Soros, la bannière arc-en-ciel est devenue l’une des cibles privilégiées du gouvernement Fidesz, surfant politiquement sur la recherche d’ennemis.

viktor orban
Viktor Orban en 2018 - photocosmos1 / Shutterstock
Article Prémium

Depuis le début du troisième mandat consécutif de Viktor Orbán en 2018, le gouvernement Fidesz cible constamment la communauté LGBTI+ hongroise. Homosexualité comparée à la pédophilie par le président de l'Assemblée nationale en mai 2019, appels au boycott de Coca-Cola durant l'été suite à une campagne mettant en scène des couples de même sexe, retrait du concours de l’Eurovision jugé « trop gay » quelques mois plus tard, livre inclusif de contes vilipendé par les cercles traditionalistes…

Autant d’attaques à laquelle se rajoute le texte du 15 juin, arme électorale en vue des législatives 2022. Qu'est-ce que cela révèle de la pratique du pouvoir par Viktor Orbán ? Enquête à Budapest.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous