Le panafricanisme aux sources des combats LGBTI+ ?

Publié le

Il se pourrait bien que nous ayons bien plus à apprendre de l’histoire mis en silence des personnes issues des minorités sexuelles et de genre esclavagisées  et colonisées, ainsi que des luttes de résistance noires et panafricanistes.

Visuel de la première Pride panafricaine, en août 2020
Article Prémium

Il est commun d'entendre que la lutte LGBTI+ sur le continent africain serait une importation des « droits-de-l'hommistes » blancs occidentaux. Et si les choses s'étaient en réalité passées dans l'autre sens ? C’est l’une des interrogations inédites qui se développe de plus en plus dans les milieux militant·es afro LGBTI+. Les luttes contre le racisme, l’homophobie et la transphobie sont des combats de longue date, qui trouvent leurs origines historiques dans les luttes séculaires d’émancipation et de quête de justice. Ce que l’on sait moins, c’est l’héritage très ancien que ce combat spécifique pour la dignité doit à la lutte d’émancipation des Noirs, à travers l’entreprise de déshumanisation systémique dont nous sommes victimes traversent l’Histoire depuis, notamment, l’entrée de l’humanité dans l’ère moderne, à la fin du 15eme siècle. 

En août 2020 a eu lieu la première pride panafricaine. C'était l'occasion pour les personnes LGBTI+ essentiellement anglophones, – africaines et afrodescendantes, mais pas seulement – de se réapproprier leur histoire. Car en ces temps, où le concept d’universalisme eurocentré et blanc est si facilement brandi pour faire taire celles et ceux qui questionnent les schémas dominants, il se pourrait bien que nous ayons bien plus à apprendre de l’histoire mis en silence des personnes issues des minorités sexuelles et de genre esclavagisées  et colonisées, ainsi que des luttes de résistance noires et panafricanistes.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous