PMA pour les personnes trans : l’incertitude persiste 

Publié le

Le projet de loi sur la PMA, prévue pour être présentée en deuxième lecture à l'Assemblée nationale en avril prochain, ne prévoit toujours pas l'ouverture aux personnes trans.

En 2013, à la Marche des fiertés - DR
Article Prémium

« Lorsque j’ai rencontré l’une de mes partenaires et que l’on a commencé à évoquer l’idée de faire des enfants, ce désir est devenu aussi important que celui de transitionner », raconte Jena Selle, assise sur le canapé du salon de l’appartement rempli de constructions en Lego qu’elle partage avec deux de ses partenaires.

Il y a moins d’un an*, cette militante trans à SOS homophobie, est contrainte d’arrêter son traitement hormonal, qui altère sa fertilité, et entreprend de faire conserver ses gamètes dans un Centre d’étude et de conservation des oeufs et du sperme humain (Cecos). Son combat aujourd’hui, c’est de pouvoir en faire usage. Pour l’instant, la loi le lui interdit. La PMA n'est toujours pas ouverte aux personnes trans.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous