Royaume-Uni : l'accès aux bloqueurs de puberté rendu compliqué pour les jeunes

Publié le

À la suite d’une décision rendue mercredi 2 décembre, les jeunes de moins de 16 ans doivent désormais avoir besoin de l'approbation d’un tribunal en Angleterre et au Pays de Galles pour avoir accès aux bloqueurs de puberté.

enfants trans royaume-uni
Un panneau « protégez les vies trans » à une manifestation - Ink Drop / Shutterstock
Article Prémium

Dans une décision rendue par la Cour royale de justice du Royaume-Uni mercredi 2 décembre, dénommée Bell v. Tavistock, trois juges ont estimé qu'il était « hautement improbable » qu’un.e enfant de 13 ans ou moins soit « apte à donner son consentement » aux bloqueurs de puberté. Les magistrats ajoutent qu'il était « douteux » que les jeunes de 14 et 15 ans puissent « peser sur le long terme les risques et conséquences ».

À la suite de la décision, le National Health Service (Service national de santé du Royaume-Uni, NHS) a mis à jour ses directives. Désormais, les jeunes doivent détenir une ordonnance d’un tribunal pour pouvoir avoir accès à ce traitement.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous