Enquête #ActoraTrans : « C’est important d’avoir des personnes trans pas uniquement sur le terrain du jeu mais dans toute la chaîne de fabrication du cinéma

Publié le

Charlie Fabre, chercheur en études de genre, Gabriel Harrivelle, communicant et consultant en créations LGBTQ+ et Elliot Voilmy, qui a étudié le cinéma et fait de la photo ont mis sur pied cette première étude sur l’actorat trans et non binaire en France.

Gabriel Harrivelle, Elliot Voilmy et Charlie Fabre, auteurs de l'enquête #ActoraTrans
Article Prémium

Ils ont tous les trois une vingtaine d’années et sont impliqués dans les sciences sociales et la création audiovisuelle et fatigués d’entendre qu’il n’y a pas assez d’acteur.trices trans en France. Charlie Fabre, chercheur en études de genre, spécialisé en études trans et consultant, Gabriel Harrivelle, communicant et consultant en créations LGBTQ+ et Elliot Voilmy, qui a étudié le cinéma et fait de la photo ont donc mis sur pied cette première étude sur l’actorat trans et non binaire en France. Sûrs de l’intérêt incitatif, ils ne conçoivent cette enquête que comme une première étape dans un processus de facilitation de la mise en relation entre professionnels. Komitid les a rencontrés.

Komitid : Comment est né le besoin de mettre sur pied cette première enquête française sur l’actorat trans et non-binaire ?

Gabriel Harrivelle : La représentation LGBTQ et, particulièrement la représentation trans sont des sujets qui m’animent depuis très longtemps mais tout s’est cristallisé à la lecture de la note d’intention du film A Good Man (de Marie-Castille Mention-Schaar, ndlr) qui faisait le constat qu’il n’y avait pas d’acteurs trans en France alors que j’en connais personnellement, cela a été un peu un choc. Je me suis rendu compte du manque de communication entre le monde du cinéma et le milieu trans.

Elliot Voilmy : Depuis plusieurs années, à chaque fois qu’un film sort, les mêmes problèmes ressurgissent. On s’est dit qu’il fallait faire quelque chose.

Gabriel : On s’est dit qu’il fallait comptabiliser et cartographier. Mais l’idée c’est d’en faire quelque chose, d’aller au-delà des constats de l’enquête sur les acteurs et actrices trans. L’idée c’est d’en faire un annuaire à direction des productions et des directrices ou directeurs de casting, qu’ils puissent savoir qu’ils et elles existent et qui elles et ils sont. On souhaite vraiment créer ce lien entre l’actorat trans et les productions qui ne parviennent pas à communiquer.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous