Plus de 60 eurodéputé.e.s appellent à une interdiction des thérapies de conversion

Publié le

Près de soixante député.e.s européen.ne.s ont signé une lettre ouverte pour demander une interdiction de la pratique des thérapies de conversion à l'échelle de l'Europe.

parlement europeen bruxelles thérapies de conversion
Dans l'hémicycle du Parlement européen à Bruxelles - Alexandros Michailidis / Shutterstock
Article Prémium

Samedi 10 octobre, plus de 60 eurodéputé.e.s ont signé une lettre ouverte à destination de Věra Jourová, Helena Dalli et Stella Kyriakides – respectivement commissaires aux valeurs et transparence, à l’égalité et à la santé. Ils et elles demandent aux représentantes de la Commission européenne de prendre des mesures pour mettre fin aux thérapies de conversion au sein de l’Union.

« Les pratiques de thérapie de conversion sont de la torture », débute la lettre, rédigée par le LGBTI Intergroup du Parlement européen. « Il n'y a aucun moyen de classer ces pratiques autre qu’un traitement cruel, inhumain et dégradant qui cherche à corriger quelque chose qui ne justifie aucune réparation – l'orientation sexuelle, l'identité de genre et/ou l'expression d'une personne ».

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous

  • badinguet

    les religieux extrémistes, qui se prétendent évèques, dirige la Pologne et veulent imposer les thérapies de conversion ! la plupart sont des homos refoulés, qui divaguent en robes ! après avoir subi les staliniens, les polonais subissent a nouveaux les nazis !