Rassemblement après le suicide de Doona, jeune femme trans : « Ce que l'on vit, c'est un trauma collectif »

Publié le

Un rassemblement a eu lieu mercredi 30 septembre à Montpellier en hommage à Doona, jeune femme trans qui s'est suicidée le 23 septembre. La colère l'emportait sur la tristesse parmi les manifestant.e.s. Reportage.

Rassemblement pour Doona à Montpellier, le 30 septembre 2020 - Julie Chansel pour Komitid
Article Prémium

Rouge ou blanche, certain.e.s ont une rose à la main. Ils et elles sont une trentaine mercredi 30 septembre devant l'entrée de la gare Saint-Roch de Montpellier pour un second rassemblement – appelé par Fiertés Pride Montpellier – en mémoire de Doona.

Âgée de 19 ans, cette jeune femme trans était étudiante en fac de psychologie à l'université de Montpellier. Mercredi 23 septembre, elle s'est jetée sous un train en gare Saint-Roch. Si les causes exactes de son suicide ne sont pas connues, cet acte fait suite à des tentatives précédentes, selon un courrier du syndicat étudiant SCUM envoyé le 24 septembre au Crous Occitanie.

 

Komitid a recueilli le témoignage de plusieurs manifestant.e.s.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous