Biélorussie : portrait de Shandor, un militant pro-démocratie exilé en France

Publié le

Les rassemblements qui dénoncent le pouvoir en place bravent les autorités en Biélorussie. Les personnes LGBT+ biélorusses rêvent aussi d’un changement à la tête de leur pays. Que pense de tout cela Shandor, un homme biélorusse gay qui vit en France depuis près de 20 ans ? Komitid l'a rencontré.

Shandor, à Paris, septembre 2020 - Jan Schmidt-Whitley pour Komitid
Article Prémium

Au pouvoir depuis 1994 en Biélorussie, le président Alexandre Loukachenko briguait en août 2020 son cinquième mandat consécutif. À la publication des résultats officiels (une victoire à plus de 80%), les Biélorusses sont descendu.e.s dans la rue pour protester contre la fraude.

Les manifestant.e.s sont revenu.e.s jour après jour malgré la violence de la répression qui s’est abattue sur elles et eux. Depuis, les rassemblements qui dénoncent le pouvoir en place bravent les autorités de la dernière « dictature d’Europe ». Parmi ces manifestant.e.s, les membres de la communauté LGBT+ biélorusse qui rêvent d’un changement à la tête de leur pays. Komitid a rencontré Shandor, un militant pro-démocratie qui vit en France depuis près de 20 ans.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous