Roumanie : Antonella Lerca Duda, une militante trans et rom sur tous les fronts

Publié le

Féministe rom, militante LGBT+ et fondatrice de la première association roumaine des travailleurs.euses du sexe , Antonella Lerca Duda a décidé de revenir en Roumanie pour changer les mentalités. En 2020, elle s’engage en politique pour faire entendre la voix des personnes trans. Reportage.

Antonella Lerca Duda, lors du lancement de la campagne de signatures le 20 juillet 2020 - Marine Leduc pour Komitid
Article Prémium

Sur une vidéo Instagram postée en juillet dernier, une femme prépare une injection, la tapote, avant d’insérer l’aiguille de dix centimètres dans la fesse droite d’une femme trans, elle-même couchée sur un lit à la couverture bordeaux.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

ROMANIAN HRT FOR TRANSGENDER WOMAN 🏳️‍🌈 WE NEED MEDICAL SUPORRT😡WE ARE NOT DOCTORS😡

Une publication partagée par Lerca Antonella Duda (@antonellatx) le

Sous la vidéo, un message en lettres majuscules : « Des traitements hormonaux en Roumanie pour les femmes transgenres ! Nous avons besoin d’assistance médicale. Nous ne sommes pas docteures ! » Celle qui tient la seringue s’appelle Antonella Lerca Duda, activiste rom trans de 30 ans, travailleuse du sexe et militante intersectionnelle. En Roumanie, les traitements hormonaux pour les personnes transgenres sont illégaux. Elles doivent se les procurer sur le marché noir et se les injecter elles-mêmes. Une démarche coûteuse mais aussi dangereuse : deux ans plus tôt, une collègue d’Antonella meurt après s’être injectée le traitement dans une artère.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous