Dans nos placards queers (3/4) : L’art de la « bonne tenue » en famille

Publié le

Quand on est queer, les repas de famille ne sont pas toujours des moments attendus. Et lorsqu'on est invité à un baptême ou à un mariage, une question se pose : peut-on s'habiller de façon fabulous ? Si la peur d’être discriminé.e est bien ancrée, le désir de jouer avec les normes prend souvent le pas.

Lorsqu’il visite ses parents, Charles ose le rose et lui donne une vraie place dans son dressing. Photo Simon Lambert pour Komitid
Article Prémium

Stéphane a grandi dans une famille bourgeoise et catholique. Lors des repas de famille, jusqu’à l’âge de 32 ans, il a porté des « pantalons de toile et des chemises du dimanche ». Il ne voulait pas perturber l’équilibre de sa famille, en sortant du moule. « Je me cachais derrière des fringues polissées. Je m’habillais comme un bourgeois classe », décrit-il, six ans plus tard. A l’époque, ses parents et sa fratrie sont pourtant au courant de son homosexualité, mais il ne veut pas faire de vagues.

« Parfois on nous tolère, on nous dit que c’est ok d’être queer, mais il ne faut pas trop le montrer. Le fait que ça se voit par le vêtement peut ouvrir des plaies non refermées », décrypte Maxime Donzel, auteur de Dress code : le bon vêtement au bon moment. 

Faire son cheminement

Après avoir fait leur coming out, les personnes LGB ne se sentent pas forcément libérées des pressions familiales. « À l’époque, je n’avais pas encore fait de travail sur moi-même, j’avais du mal à m’accepter et ignorer l’avis des autres », raconte Stéphane.

Le docteur en psychologie Sahin Poyraz a travaillé sur les cheminements qui traversent les personnes gays, lesbiennes et bies. « Il y a plusieurs étapes : il y a le moment où on réalise pour soi, celui où on le révèle, et le moment où on fait la synthèse identitaire : on se dit qu’on serein et on accepte son identité », explique-t-il. Une fois qu’on se sent à l’aise avec son identité, gérer le regard des autres devient plus naturel. Charles, un Parisien de 26 ans, s’est vite trouvé dans un look créatif. Lorsqu’il visite ses parents, il ose le rose et lui donne une vraie place dans son dressing. Durant son enfance, il n’osait pas en porter au motif que c’était « pour les filles ». 

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous