Dans le monde arabe, les organisations LGBT+ dans l’urgence face à la pandémie de Covid-19

Publié le

Si son impact varie d’un pays à l’autre, la pandémie de Covid-19 fragilise la situation déjà précaire des personnes LGBT+ de la région et oblige les organisations à s’adapter pour répondre à l’urgence. Témoignages.

Image extraite d'une vidéo de l'association LGBT irakienne IraQueer - Capture d'écran / IrakQueer https://www.iraqueer.org/blog
Article Prémium

Depuis son confinement dans le sud de l’Irak, un jeune homme a envoyé un email à IraQueer, la seule organisation LGBT+ du pays. Il y raconte que son père le frappe tous les jours, et lui demande de se comporter « comme un homme » tant qu’il est sous son toit. Dans un autre échange avec l’association, une femme explique que la personne avec qui elle s’est réfugiée a menacé de la outer à la police si elle ne partait pas définitivement. Des témoignages comme ceux-là, Amir Ashour, directeur exécutif d’IraQueer et réfugié politique en Suède, affirme à Komitid en recevoir des dizaines.

En forçant les populations à se confiner à travers la région, la crise sanitaire mondiale a exacerbé l’isolement des personnes LGBT+, coupé net leur accès aux espaces communautaires et limité la création ou le maintien de réseaux de solidarité. Comme en témoignent les nombreux activistes contacté.e.s par Komitid pour cette enquête.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous