Le chef du renseignement américain veut faire pression sur les pays réprimant l'homosexualité

Publié le

Selon une enquête du New York Times, le chef du service de renseignement américain, lui-même gay, veut faire pression sur les pays réprimant l'homosexualité, notamment en réduisant le partage d'informations.

Richard Grenell
Richard Grenell en 2018 à Berlin - photocosmos1 / Shutterstock
Article Prémium

Richard Grenell, directeur par intérim du Renseignement national, et lui-même gay, a affirmé dans un entretien au New York Times jeudi 23 avril que les 17 agences qu'il supervise, dont la CIA et la NSA, devraient inciter les pays criminalisant l'homosexualité à abroger leurs lois anti-LGBT+.

C'est le cas de plusieurs alliés stratégiques de Washington, comme l'Égypte, l'Arabie saoudite ou la Malaisie.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous