Maroc : inquiétudes autour d'une « chasse aux sorcières » contre les personnes LGBT+

Publié le

Plusieurs associations se sont mobilisées ces derniers jours au Maroc contre une « chasse aux sorcières » visant la communauté LGBT+, après la publication sur les réseaux sociaux de données personnelles récupérées sur des sites de rencontres comme Grindr.

Le rainbow flag et le drapeau du Maroc - Yuriy Boyko / Shutterstock
Article Prémium

Un collectif réunissant une vingtaine d'associations de défense des droits humains au Maroc a interpellé les autorités, s'inquiétant d'une « campagne de diffamation » et « d'intimidation » envers la communauté LGBT+, dans un communiqué publié dimanche 19 avril.

Une soixantaine de noms, accompagnés de photographies et parfois d'adresses ou de numéros de téléphone, ont été diffusés la semaine dernière sur les réseaux sociaux après avoir été récupérés sur différentes applications de rencontres spécialisées comme Grindr ou PlanetRomeo, selon les informations réunies par l'AFP auprès de plusieurs militant.e.s.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous