Enquête : à Nantes, les escaliers arc-en-ciel de la discorde

Publié le

Ils devaient être le symbole de l’ouverture et de la tolérance de la ville, les escaliers arc-en-ciel de Nantes sont devenus la cible d’actes répétés. Dégradés à de multiples reprises, ils sont aussi attaqués sur le plan judiciaire. Enquête en deux parties sur le malaise qui grandit dans la communauté LGBT+ de la ville.

Escaliers arc-en-ciel à Nantes - Hélène Bielak pour Komitid
Article Prémium

« Les Marches des Fiertés ». Voilà le nom donné aux escaliers peints aux couleurs de l’arc-en-ciel, rue Beaurepaire en plein centre-ville de Nantes, en juin 2018. Un joli clin d’œil pour célébrer les 20 ans de la Gaypride dans la Cité des Ducs. Une idée venue de l’association Nosig, qui gère le centre LGBTI+ local, et soutenue financièrement par la mairie.

Oui mais voilà : visiblement, le symbole ne plaît à tous.tes les habitant.e.s. À peine une semaine après la mise en couleur des escaliers, un premier tag « Légalisez la pédophilie » apparaissait sur l’une des marches. Le lendemain, l’œuvre avait carrément été barbouillée de peinture blanche. Et ça continue…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous